-10% sur la 1ère commande avec le code "BIENVENUE10"

Livraison gratuite dès 30€ d'achats

Emballage discret et neutre

Faites votre marché parmi l'un des plus gros site de CBD légal en france !

Une pétition demande l’interdiction totale de l’importation d’animaux sauvages et de parties d’animaux

Canna Lyon

Le 3 août, le Center for Biological Diversity (CBD) et le Natural Resources Defense Council (NRDC) ont envoyé une pétition au secrétaire de l’Intérieur et au US Fish and Wildlife Service (USFWS) qui utilise la pandémie actuelle de COVID-19 pour justifier une interdire l’importation de tous les mammifères sauvages et de presque tous les oiseaux, y compris toutes les parties, telles que les peaux et les cornes, aux États-Unis. L’interdiction proposée s’appliquerait aux mammifères et aux oiseaux qui sont correctement transformés conformément aux règlements établis.

La pétition soutient que « les pandémies causées par les zoonoses – des maladies infectieuses qui passent des animaux aux humains – sont entièrement évitables. Cependant, le Service ne réussira à garantir que le commerce américain d’espèces sauvages n’est pas préjudiciable aux êtres humains et aux espèces sauvages s’il développe une approche proactive pour restreindre le commerce d’espèces sauvages. À tout le moins, le Service devrait arrêter le commerce d’espèces réservoirs et hôtes connus (mammifères et oiseaux) et établir un système pour retracer le commerce d’espèces sauvages restant.

« C’est une pétition ridicule à la limite de l’hystérie de la part d’organisations radicales de défense des animaux », dit Bruce Tague, vice-président des affaires gouvernementales de la Sportsmen’s Alliance. « La Sportsmen’s Alliance combattra cette pétition, dont le seul objectif est de faire avancer un programme extrême en attisant les craintes autour de COVID-19 à chaque étape… Ce que CBD et NRDC ne vous disent pas, c’est que ces interdictions paralyseront l’Afrique rurale, détruiront des décennies de travail de conservation dans les pays de l’aire de répartition, et entraînera une perte de biodiversité lorsque l’habitat fertile sera transformé en champs cultivés ou en pâturages pour le bétail, car la faune n’aura plus de valeur.

Cyrus Baird, ancien responsable des relations gouvernementales pour Safari Club International, a récemment averti dans The Hunting Wire que tous les chasseurs devraient être concernés et actifs contre toute proposition d’interdiction.

« En règle générale, vous verrez des défenseurs de la lutte contre la chasse et des législateurs non informés se concentrer sur une poignée d’espèces africaines dans leurs attaques – les ” Big Five ” – qui se composent d’éléphants, de buffles du Cap, de lions d’Afrique, de rhinocéros blancs et noirs et de léopards d’Afrique, », dit Baird. « Les partisans des interdictions ciblent ces espèces car elles existent généralement en plus petit nombre (à l’exception des buffles) et sont plus exposées au braconnage. »

La nouvelle pétition élargit considérablement cet effort. La Sportsmen’s Alliance souligne que, contrairement à la législation étatique ou fédérale soumise à débat et à vote, la pétition demande au secrétaire de l’Intérieur et au chef de l’USFWS d’user de leur autorité en vertu de la loi Lacey, de la loi sur les espèces en voie de disparition et de la Convention sur les Traité sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction visant à interdire unilatéralement l’importation de tous les mammifères et oiseaux sauvages (à l’exception des perroquets), ainsi que de parties d’animaux. De telles interdictions pourraient créer une chaîne de garde complète et lourde pour tout animal ou partie importé pour la recherche, les zoos ou les aquariums (les poissons sont inclus dans les exigences de chaîne de garde proposées).

Les efforts récents au niveau des États pour interdire les importations, principalement en provenance d’Afrique, ont eu des résultats législatifs mitigés. Le projet de loi 175 du Sénat de Californie, qui aurait interdit l’importation de 11 espèces africaines, a échoué. Dans le Connecticut, cependant, le projet de loi du Sénat 925 interdisant l’importation, la vente ou le transfert de six espèces africaines a été adopté et promulgué en juin. L’article 436 de la résolution 4372 de la Chambre des représentants des États-Unis, qui est toujours à l’étude, empêcherait l’importation de taxidermie d’éléphants ou de lions légalement chassés de Tanzanie, de Zambie et du Zimbabwe en interdisant l’utilisation de fonds pour l’obtention de permis. Bien que l’article 436 n’interdise pas aux Américains de chasser dans ces pays, il empêche le ministère de l’Intérieur d’utiliser l’argent approprié pour délivrer un permis d’importation.

Lire la suite: Feds Eye répertorie les loups dans le sud-est de l’Alaska. Les chasseurs veulent protéger le troupeau de cerfs

Le service d’inspection de la santé animale et végétale du ministère de l’Agriculture des États-Unis réglemente l’importation d’animaux et de matières dérivées d’animaux et a déjà développé des mesures de prévention liées au COVID-19.

“Cette pétition n’est qu’un autre exemple du mouvement des droits des animaux qui ne recule devant rien pour mettre fin à toute relation homme-animal”, a ajouté Tague. « Ils travaillent depuis des années au niveau des États pour interdire l’importation de gibier africain. Le projet de loi sur les crédits de la Chambre contient un langage qui permettrait d’atteindre le même objectif et maintenant, ils essaient au niveau bureaucratique fédéral d’atteindre leurs objectifs. Cette fois, ils ne se limitent pas au gibier africain – c’est tout le shebang – tous les mammifères et oiseaux sauvages “

CBD pharmaceutique lyon

Source traduite : https://www.fieldandstream.com/conservation/ban-international-wildlife-trade-petition/

Trouvez la meilleure boutique de vente de CBD à lyon

Commandez dès maintenant

votre CBD

Hep Hep Hep !

Pourquoi vous partez ?

C'est cadeau :

-10% sur la 1ère commande avec le code "BIENVENUE10"​

Découvrez les avantages !

Livraison gratuite dès 30€ d'achats

Emballage discret et neutre